Catégories
Non classé

La combe de l’abeille Mars 2024

mars 2024

La Combe de l’Abeille

Mars 2024

Autour de l’Evêque la végétation est bien avancée, le Plantain queue de lièvre pullule et la Sauge verveine dresse ses fleurs bleues surmontées de quelques pieds de Roquette bâtarde . Il reste peu d’Iris nains et les Narcisses douteux sont fanés, les Hélianthèmes poilus prennent le relais .

Nous dénombrons cinq euphorbes différentes : l’Euphorbe des moissons, la plus nombreuse, l’Euphorbe dentée, l’Euphorbe réveille-matin, l’Euphorbe characias et la petite Euphorbe des jardins.

Les rosettes d’Asphodèle porte-cerises abondent mais seules quelques-unes sont fleuries.

Près d’une ruine c’est un florilège de chardons en fleurs : le Chardon à petites fleurs, le Chardon à capitules denses, le Chardon élégant et les rosettes d’Onopordon d’Illyrie . Sur le talus les petits géraniums : le Géranium mou et le Géranium à feuilles rondes, l’Erodium à feuilles de mauve et les discrets Céraistes agglomérés.

Plus loin les petites Clipéoles et le Peigne de Vénus.

Nous nous arrêtons devant les Mercuriales annuelles pour distinguer les fleurs femelles des fleurs mâles.

Nous entrons dans la Combe de l’Abeille qui permet d’accéder au plateau, un joli sentier sinue en s’élevant sous les Oliviers puis les Pins d’Alep, ceux-ci entament leur reproduction avec les petits cônes rouges femelles isolés au sommet des branches et les nombreux cônes mâles agglomérés chargés de pollen.

A l’ombre poussent les Géraniums de Robert et un tapis de Nombrils de Vénus, sur un rocher nous remarquons trois fougères : le Polypode du pays de Galles , la Rue des murailles et la Doradille.

Sur le plateau c’est la garrigue avec les Chênes kermes, le Romarin, les Pins d’Alep, les Chênes verts. La vue se développe sur le littoral et les étangs

En redescendant à travers les rochers nous trouvons un minuscule Polygale des rochers (protégé), le Phagnalon sordide et le Gaillet à feuilles d’asperge.

Sur le chemin du retour, dans les friches nous voyons de belles Molènes non identifiables en l’absence de fleurs, trois Fumeterres différentes : La Fumeterre officinale, la Fumeterre à petites fleurs et la Fumeterre de Vaillant, les Mufliers des champs, un chardon peu courant le Cirse acarna etles jolies petites fleurs de Réséda phyteuma.

Enfin près du parking au ras du sol l’Evax nain, la Paronyque en tête, la Cotonnière pyramidale et les feuilles du Liseron rayé.

Ophrys scolopax (Ophrys bécasse)
Euphorbia characias
Catégories
Non classé

Le plateau du gouffre Février 2024

Février 2024

Le plateau du gouffre

Février 2024

Le plateau du gouffre ou plateau des Caunes se dresse à une altitude de 100 mètres , il est limité à l’ouest et au sud par des falaises verticales. Incendié à plusieurs reprises dans sa partie ouest, il n’offre qu’une végétation basse, curieusement il n’a pas été colonisé par les pins d’Alep et les cistes, plantes pyrophites par excellence. Ici le relief Karstique prend toute sa signification et la déambulation n’est pas aisée tant la roche est fracturée ; au milieu s’ouvre la profonde entaille du gouffre en forme de boutonnière.

Après une courte montée mais pentue, nous débouchons sur le plateau et sommes quelque peu bousculés par un cers vigoureux .Nous sommes surpris par l’abondance des Férules au vert profond et par le spectacle magnifique des nombreuses touffes bleues des Globulaires dont les fleurs serrées sont tournées vers le soleil.

La Centaurée intybe* est également abondante avec ses capitules secs ainsi que l’Euphorbe des moissons.

Quelques Barlies de Robert dressent leurs hampes de fleurs roses et les Narcisses douteux fleurissent ça et là . Plaquées au sol des rosettes d’Erodium à bec de grue, de Chardon élégant et de Vipérine commune.

Beaucoup de pousses d’Iris nain mais seulement quelques rares fleurs jaunes.

De façon anecdotique nous trouvons en fleurs le petit Carex de Haller, le Chèvrefeuille des Baléares, le Genêt scorpion, le Lamier amplexicaule et la Vipérine commune.

Nous avons la surprise de voir quelques jolies fleurs de Centaurée intybe * loin de leur floraison de Mai-Juin .

En bordure de falaise poussent la rare Lavatère maritime*, la Coronille de Valence et le Phagnalon sordide.

En redescendant au milieu des Pins d’Alep nous rencontrons quelques arbustes de Genévrier cade, Chênes kermes, Pistachiers lentisques, Buplèvre ligneux etdes Euphorbes characias.

* Plantes patrimoniales protégées.

Geranium robertianum, Géranium de Robert (Géraniacées)
Erodium cicutarium, Erodium bec de grue (Géraniacées)
Erodium cicutarium

Phlomis lychnitis , Phlomis lychnite (Lamiacées)
Echium vulgare, Vipérine commune (Boraginacées)
Ferula communis, Férule (Apiacées)
Himantoglossum robertianum, Barlie de Robert (Orchidacées)
Euphorbia characias, Euphorbe characias (Euphorbiacées)
Euphorbia segetalis, Euphorbe des moissons (Euphorbiacées)
Globularia alypum Globulaire alypon (Plantaginacées)

Globularia alypum, Globulaire alypon (Plantaginacées)
Narcissus dubius, Narcisse douteux (Amaryllidacées)
Narcisse douteux
Carex halleriana, Carex de Haller (Cypéracées)
Lamium amplexicaule, Lamier amplexicaule (Lamiacées)

Iris lutescens, Iris nain (Iridacées)
Genista scorpius, Genêt scorpion (Fabacées)
Lonicera amplexicaule, Chèvrefeuille des Baléares (Caprifoliacées)
Bituminaria bituminosa, Psoralée bitumineuse (Fabacées)
Malva subovata, Lavatère maritime (Malvacées)
Coronilla valentina, Coronille de Valence (Fabacées)

Phagnalon sordides, Phagnalon sordide (Astéracées)
Echium vulgare, Vipérine commune (Boraginacées)
Cheirolophus intybaceus, Centaurée intybe (Astéracées)
Centaurée intybe
Cheirolophus intybaceus, centaurée intybe (Astéracées)
Catégories
Non classé

Le Peyral Janvier 2024

20 Janvier 2024

Le Peyral

Janvier 2024

Le temps est superbe, un beau soleil et pas de vent pour cette sortie au Peyral où sont situés les grands réservoirs qui alimentent la station en eau.

Le chemin qui s’élève le long des vignes est bordé d’arbustes: Filaires et chênes kermes auxquels s’accrochent la Salsepareille et la Clématite flammette. Les Pistachiers lentisques chargés de grappes de fruits rouges attirent le regard.

Sur les bordures poussent les fleurs blanches des Lobulaires maritimes et de la Fausse roquette ainsi que les timides Véroniques cymbalaires et les fleurs jaunes des Soucis des champs

Parmi les nombreuses rosettes nous identifions : l’Erodium à feuilles de mauve, l’Erodium bec-de-grue, l’Astérolide épineuse, la Vipérine commune, le Chardon élégant et la Sauge verveine.

Nous trouvons la Rue à feuilles étroites et la Germandrée tomenteuse aux feuilles odorantes, les Euphorbes des moissons, les Euphorbes des jardins et les Lychnites.

Nous arrivons sur un grand replat occupé par une jolie pinède et empruntons le chemin qui s’élève vers le Peyral, il est bordé de chaque côté de Pins d’Alep, à leur ombre poussent les buissons de Pistachiers lentisque ,de Chênes kermes et de Chênes verts, nous remarquons quelques pieds de Buplèvres rigides.

Au sommet la vue est belle sur le village et le littoral avec en premier plan une belle haie de Buplèvres ligneux et côté nord vue sur la vallée de la Goutine et la Clape.

En redescendant par la Fontaine des chevriers nous voyons une Vipérine commune en fleurs, des Globulaires qui fleuriront le mois prochain et deux plantes patrimoniales : la Centaurée intybe et l’Atractyle humble.

Pistacia lentiscus, Pistachier lentisque (Anacardiacées)
Sonchus tenerrimus, Laiteron délicat, (Astéracées)
Sonchus tenerrimus, Laiteron délicat (Astéracées)
Diplotaxis erucoides, Fausse roquette (Brassicacées)
Ruta angustifolia, Rue à feuilles étroites (Rutacées)
Phlomis lychnitis, Lychnite (Lamiacées)
Pallenis spinosa, Astérolide épineuse (Astéracées)
Galactites tomentosus, Chardon élégant (Astéracées)
Cheirolophus intybaceus, Centaurée intybe (Astéracées)
Erodium cicutarium, Erodium bec-de-grue (Géraniacées)
Erodium malacoides, Erodium à feuilles de mauve (Géraniacées)
Senecio vulgaris, Séneçon commun (Astéracées)
Veronica cymbalaria, Véronique cymbalaire (Plantaginacées)
Geranium robertianum, Géranium de Robert (Géraniacées)
Euphorbia characias, Euphorbe characias (Euphorbiacées)

Fumana ericoides, Fumane fausse bruyère (Cistacées)
Bupleurum fruticosum, Buplèvre ligneux (Apiacées)
Scabiosa atropurpurea, Scabieuse maritime (Caprifoliacées)
Dittrichia viscosa, Inule visqueuse (Astéracées)
Lotus dorycnium, Dorycnie (Fabacées)
Teucrium polium, Germandrée tomenteuse (Lamiacées)
Bituminaria bituminosa, Psoralée bitumineuse (Fabacées)
Euphorbia segetalis, Euphorbe des moissons (Euphorbiacées)

Euphorbia peplus, Euphorbe des jardins (Euphorbiacées)

Clematis flammula, Clématite flammette (Renonculacées)
Echium vulgare, Vipérine commune (Boraginacées)
Bupleurum rigidum, Buplèvre rigide (Apiacées)
Salvia verbenaca, Sauge verveine (Lamiacées)

Smilax aspera, Salsepareille (Smilacées)
Globularia alypum, Globulaire alypon (Plantaginacées)
Atractylis humilis, Atractyle humble (Astéracées)
Calendula arvensis, Souci des champs (Astéracées)
Catégories
Non classé

Les Pujots Décembre 2023

Décembre 2023

Domaine des Pujots

Les Pujots

9 Décembre 2023

L’Île Saint Martin mérite bien son nom entièrement entourée par les lagunes et les marais. La sortie a lieu dans l’angle nord-ouest de l’île dans le secteur des Pujots et de la Combe Espesse. Pas de vent, une température agréable mais des moustiques !

Après avoir identifié quelques plantes halophiles en partie basse, nous abordons la colline et nous nous arrêtons devant une zone fraîche où la végétation est abondante : des rosettes de Vipérine des Pyrénées, de Molène sinuée, de Cynoglosse de Crète, Euphorbes des moissons et Réveille matin, des fleurs de Soucis des champs, Lobulaires maritimes, Reichardie, Laiteron délicat, Calament népéta, Séneçon du Cap, des tapis de plantes non fleuries : Mauve des bois et Géranium à feuilles rondes.

Devant la rareté des fleurs nous nous attachons aux différents types de fruits, c’est ainsi que nous avons pu voir :

– des drupes : Pistachier lentisque, Aubépine, Rouvet, Amandier.

des baies : Salsepareille.

des akènes : Astéracées .

les gousses du Spartier.

des siliques : Roquette et Fausse roquette.

des silicules : Lobulaire maritime.

des capsules : Scille d’automne.

les galbules apparentées à des baies du Genévrier cade.

Nous avons aussi observé les cônes mâles du Genévrier cade qui vont bientôt répandre leur pollen.

Des monocotylédones sont déjà à l’oeuvre et pointent leurs feuilles : Iris nains, Narcisses, Barlies de Robert .

En redescendant le long des vignes nous trouvons les habituelles Fausses roquettes, la Roquette, quelques fleurs de Chèvrefeuille des Baléares, de Centranthe et d’Erodium à feuilles de mauve.

Calendula arvensis Souci des champs (Astéracées)
Echium asperrimum Vipérine des Pyrénées (Boraginacées)

Echium asperrimum Vipérine des Pyrénées (Boraginacées)
Spartium junceum Spartier (Fabacées)
Quercus coccifera Chêne kermes (Fagacées)
Osyris alba Rouvet (Santalacées)
Clinopodium nepeta Calament nepeta (Lamiacées)
Sonchus tenerrimus Laiteron délicat (Astéracées)
Sonchus tenerrimus laiteron délicat (Astéracées)
Cynoglossum creticum Cynoglosse de Crète (Boraginacées)
Verbascum sinuatum Molène sinuée (Scrofulariacées)
Euphorbia helioscopia Euphorbe réveille matin (Euphorbiacées)
Centaurea aspera Centaurée rude (Astéracées)
Himantoglossum robertianum Barlie de Robert (Orchidacées)
Lobularia maritima Lobulaire maritime (Brassicacées)
Silicules de Lobulaire
Diplotaxis erucoides Fausse roquette (Brassicacées)
Siliques de Fausse roquette
Crataegus monogyna Aubépine (Rosacées)

Aubépine
Euphorbia segetalis Euphorbe des moissons (Euphorbiacées)
Centranthus ruber Centranthe rouge (Caprifoliacées)
Centranthus ruber Centranthe rouge ….blanc
Smilax aspera Salsepareille (Smilacées)
Senecio inaequidens Séneçon du Cap (Astéracées)
Senecio inaequidens Séneçon du Cap (Astéracées)
Lonicera implexa Chèvrefeuille des Baléares (Caprifoliacées)
Euphorbia characias Euphorbe characias (Euphorbiacées)

Diplotaxis tenuifolia Roquette (Brassicacées)
Juniperus oxycedrus Genévrier cade (Cupressacées) Cônes mâles

Juniperus oxycedrus Genevrier cade (Cupressacées) cônes femelles= galbules
Pistacia lentiscus Pistachier lentisque (Anacardiacées)
Pistacia lentiscus Pistachier lentisque (Anacardiacées)
Reichardia picroides Reichardie (Astéracées)
Reichardia picroides Reichardie (Astéracées)
Catégories
Non classé

Le Pech des moulins Novembre 2023

Novembre 2023

Le Pech des moulins

15 novembre 2023

Des moulins il ne reste que les fondations de deux d’entre eux, les blockhaus sont si nombreux, apparents ou enfouis qu’ils ont préservé le pech de tout programme immobilier. Cet agréable lieu de promenade dominant le village est judicieusement devenu site patrimonial.

On se doute que les fleurs se font rares, néanmoins nous avons pu observer une bonne soixantaine de plantes.

Des arbres : Chênes verts, Chênes pubescents, Pins d’Alep, Pins parasols, Amandiers, Oliviers, Azéroliers, Cyprès, un Aulne glutineux.

Des arbustes : Lauriers tin, Pistachiers lentisque, Buplèvres ligneux, Arroches, un Filaire à feuilles intermédiaires, un Spartier en fleurs.

Les fleurs les plus nombreuses sont les Soucis des champs, Roquettes, Fausses roquettes, Lobulaires maritimes, Laiterons délicats.

D’autres sont à faible effectif voire uniques :Centranthe rouge, Chèvrefeuille des Baléares, Scabieuse, Oxalis pied de chèvre, Centaurée rude, Silène, Oeillet (des bois?), Fumeterre grimpante, Bugle ivette, Astérolide épineuse….

Nous terminons la sortie sans que la pluie annoncée et pourtant nécessaire vienne nous perturber.

Calendula arvensis Souci des champs (Astéracées)
Calendula arvensis ,Souci des champs (Astéracées)
Diplotaxis angustifolia, Roquette (Brassicacées)
Diplotaxis erucoides, Fausse roquette (Brassicacées)
Sonchus tenerrimus Laiteron délicat (Astéracées)
Foeniculum vulgare, Fenouil (Apiacées)
Seseli tortuosum, Séséli tortueux (Apiacées)
Seseli tortuosum Séséli tortueux (Apiacées)
Lycium europaeum,Lyciet d’Europe (Solanacées)
Alnus glutinosa, Aulne glutineux (Bétulacées)
Pistacia lentiscus ,Pistachier lentisque (Anacardiacées)
Lonicera implexa, Chèvrefeuille des Baléares (Caprifoliacées)
Centaurea aspera Centaurée rude (Astéracées)
Euphorbia segetalis Euphorbe des moissons (Euphorbiacées)
Scabiosa atropurpurea, Scabieuse maritime (Caprifoliacées)
Centranthus ruber Centranthe rouge (Caprifoliacées)
Fumaria capreolata, Fumeterre grimpante (Papavéracées)
Sedum sediforme, Sedum élevé (Crassulacées)
Dittrichia viscosa Inule visqueuse (Astéracées)
Oxalis pes caprae, Oxalis pied de chèvre (Oxalidacées)
Oxalis pes caprae, Oxalis pied de chèvre (Oxalidacées)
Oxalis
Salvia verbenaca, Sauge verveine (Lamiacées)
Lobularia maritima, Lobulaire maritime (Brassicacées)
Euphorbia peplus, Euphorbe des jardins (Euphorbiacées)
Yucca gloriosa, Yucca (Asparagacées)
Vitex agnus castus, Gattilier (lamiacées)
Silene latifolia, Compagnon blanc (Caryophyllacées)
Pittosporum tobira, Pittosporum du Japon (Pittosporacées)
Clinopodium nepeta, Petit calament (Lamiacées)
Catégories
Non classé

Les Auzils Octobre2023

Les Auzils 7 octobre 2023

C’est l’Inule visqueuse qui nous accueille à l’entrée du cimetière marin ; l’ombre de la première montée est appréciée par cet après-midi bien ensoleillé.

Nous pouvons comparer côte à côte le Filaire à feuilles étroites au Filaire à feuilles intermédiaires qui lui même pourrait être confondu avec le Nerprun alaterne.

Dans le rec à sec poussent la Canne de Provence, le Buplèvre ligneux et une belle haie de Myrtes

Nous nous arrêtons au jardin de l’ermite, nous admirons le vénérable Arbousier heureusement bien étayé, d’autres Arbousiers plus jeunes portent quelques fruits. Des Arbres de Judée et des Eucalyptus ont également été plantés. Dans la source nous trouvons le Mouron d’eau.

Nous poursuivons l’ascension, d’un côté la haie de Cyprès et de l’autre Chênes verts, Chênes pubescents, Chênes kermes, Lauriers sauce et Lauriers tin.

Puis dans la montée minérale peu de plantes : le Rouvet avec ses fruits rouges, quelques fleurs de Bugle ivette et de Fumane fausse bruyère.

Derrière la chapelle nous trouvons les dernières petites Scilles d’automne et des rosettes de Dipcadi.

Sur des décombres poussent le Concombre d’âne et curieusement le Pavot cornu.

Sur le plateau c’est la garrigue avec Romarin, Genévrier cade, Genévrier de Phénicie, Germandrée pouillot, Pin d’Alep, quelques Germandrées jaunes. Les Centaurées intybes sont défleuries, les seules fleurs sont les Bugranes grèles

Nous achevons la sortie en admirant le superbe panorama sur tout le littoral et les étangs.

Dittrichia viscosa Inule visqueuse (Astéracées)
Inule visqueuse
Viburnum tinus Laurier tin (Adoxacées)
Laurier tin
Diplotaxis tenuifolia Roquette (Brassicacées)
Buplèvre ligneux

Bupleurum fruticosum Buplèvre ligneux (Apiacées)
Crataegus azarolus Azérolier (Rosacées)
Smilax aspera Salsepareille (Smilacées)
Salsepareille
Myrtus communis Myrte (Myrtacées)
Arbutus unedo Arbousier (Ericacées)
Arbousier
Samolus valerandi Mouron d’eau (Primulacées)
Eucalyptus delegatensis Eucalyptus de Tasmanie (Myrtacées)
Cercis siliquastrum Arbre de Judée (Fabacées)
Quercus pubescens Chêne pubescent (Fagacées)
Rubia peregrina Garance voyageuse (Rubiacées)
Spartium junceum Spartier (Fabacées)
Osyris alba Rouvet (Santalacées)
Ajuga iva Bugle ivette (Lamiacées)
Fumana ericoides Fumane fausse bruyère (Cistacées)

Phagnalon sordidum Phagnalon sordide (Astéracées)
Prospero autumnale Scille d’automne (Asparagacées)
Scille d’automne
Scille d’automne
Scille d’automne
Asparagus acutifolius Asperge sauvage (Asparagacées)
Rosette de Dipcadi serotinum Dipcadi (Asparagacées)
Ecbalium elaterium Concombre d’âne (Cucurbitacées)
Concombre d’âne
Glaucium flavum Pavot cornu (Papavéracées)
Lysimachia foemina Mouron femelle (Primulacées)
Teucrium flavum Germandrée jaune (Lamiacées)
Ononis minutissima Bugrane grèle (Fabacées)

Catégories
Non classé

Mateille septembre 2023

samedi 16 septembre

* Espèces patrimoniales protégées

Les plantes du bord de mer, milieux sableux, milieux salés, tel est le thème de cette sortie du côté de Mateille.

Le coup de mer et les fortes pluies de la veille montrent de façon claire les zones inondables .

Nous commençons à côté de l’avant-port, les dunes n’ont rien de naturel, elles résultent des rejets lors du creusement de l’avant-port il y a plus de cinquante ans.

Les dunes sont fixées et recouvertes d’une abondante végétation, des arbres : Tamaris et Oliviers de Bohème, des plantes adaptées au sable : Panais épineux*, Queues de lièvre, Euphorbe des dunes, Soude brûlante, Cakilier, Matthiole sinuée, Camomille des sables ; l’exotique Corisperme de Mongolie abonde, il offre une belle couleur rouge par endroits. S’ajoutent des plantes non spécifiques des milieux sableux tels que : Onagre à grandes fleurs, Erigéron de Sumatra, Lampourde glouteron, Centaurée rude.

Près de l’eau pousse le Crithme maritime et en limite des laisses de mer l’Euphorbe péplis*. Nous avons la surprise de découvrir la très rare Bassia hirsuta*

Les dépressions humides entre les dunes sont occupées par les Joncs aigus , les Joncs maritimes et des halophiles : Plantain à feuilles grasses, et des limoniums.

Eleagnus
Lagurus ovatus Queue de lièvre
Ka
Ka
Bassia hirsuta
Bassia

Nous nous rendons sur le lido de Mateille surélevé par les rejets du creusement du plan d’eau de Mateille.

De part et d’autre côté mer et côté sansouire de la lagune, ces zones régulièrement inondées sont le siège des plantes halophiles : Salicorne à gros épis, Salicorne en buisson, Soude vraie, Soude maritime, Lavande de mer*, Obione, cinq espèces de Limoniums : Saladelle de Narbonne Saladelle à feuilles lychnis, Saladelle en baguettes, Saladelle de Legrand*, Saladelle de Girard *;

Sur les côtés sableux, en plus des espèces déjà observées dans les dunes nous trouvons : le Sporobole piquant (plante pionnière fixant les dunes) l’Oyat des dunes, le Panicaut maritime*, le Lys des sables*, la Renouée maritime, l’Armoise bleutée.

Polygonum maritimum
Limonium de Narbonne
Limonium auriculiursifolium Saladelle à feuilles de lychnis

Catégories
Non classé

L’Ayrolle Juin 2023

 Samedi 3 Juin

          Le temps est estival heureusement tempéré par un petit vent marin pour cette sortie au bord de l’étang de l’Ayrolle du côté de l’Evêque.

          Cette zone de contact entre la garrigue et la lagune offre une flore variée.

          Nous trouvons la Psoralée bitumineuse, la Luzerne tronquée, la Luzerne orbiculaire, la Vesce de Cracovie, l’Anacycle en massue ; le bord du chemin est tapissé de Mauves des bois.

          Nous arrivons à une prairie maritime colorée de jaune par le Lotier corniculé et le Mélilot sillonné avec quelques halophiles : des Saladelles de Narbonne déjà fleuries, des Limoniastres, de la Soude vraie, des Plantains à feuilles grasses. En suivant c’est la sansouire avec les Salicornes en buisson, les Joncs maritimes, l’Obione, l’Armoise bleutée, divers Limonium ou saladelles : Limonium en baguettes, Limonium à feuilles à forme d’oreille d’ours, Limonium fausse férule et le très rare Limonium diffus.

          En position un peu surélevée nous notons les plantes de garrigue ou rudérales suivantes : Filaire à feuilles étroites, Pistachier lentisque, Phlomis lychnite , Crapaudine faux scordium, Iris nains défleuris en très grand nombre, Vipérine commune, Plantain pied de lièvre, Chenillette poilue …

          Le long de l’étang ,sur une bande étroite nous trouvons d’autres halophiles : Salicorne à gros épis, Inule faux crithme, Soude commune, Cakilier, Matthiole sinuée , Héliotrope de Curaçao, Anthémis maritime, la petite Frankénie hirsute, le Pavot cornu qui a perdu ses fleurs jaunes, le Crithme maritime qui s’accroche aux rochers, la Dorycnie grêle, le Tamaris et l’Arroche ou Pourpier de mer.

          Tout le long se déroule un cordon d’herbes aquatiques échouées : les Zoostères.

          Enfin parmi les rochers nous découvrons un superbe bouquet de Cinéraires maritimes 

B
Trifolium
Catégories
Non classé

GAMARE Mai 2023

Samedi 13 Mai

                      Gamare sur l’île Saint Martin est située en face des salins, la carrière à côté a fourni les pierres pour l’édification des digues des salins. Après la pluie du matin, le ciel est dégagé, nous nous proposons de faire le tour de cette zone basse fréquemment inondée occupée par une sansouire*.

                        Nous observons les espèces halophiles* suivantes : Salicorne, Soude vraie, Inule faux crithme, Obione, Lavande de mer, Jonc maritime, Saladelle de Narbonne, Armoise bleutée, Arroche, Scirpe-jonc et au ras du sol sur le chemin la Frankénie hirsute fleurie.

                        Sur une partie surélevée nous avons la surprise de voir des Férules plus à leur place dans la Clape.

                        Sur le pourtour parmi les plantes fleuries notons : l’Urosperme de Daléchamps, le Chardon élégant, l’Astérolide épineuse, l’Anacycle en massue, la Chenillette et ses fruits curieux, le Tamaris de France, la Moutarde bâtarde, le Rapistre rugueux, la Mauve des bois et surtout, c’était le but de la sortie les superbes Scolymes à grandes fleurs, plantes patrimoniales protégées.

                          En montant un peu dans la garrigue, nous trouvons l’Immortelle, la Psoralée bitumineuse, la Chlore perfoliée, le Lin raide, la Vipérine commune, le Spartier, le Phlomis lychnite, le Phagnalon sordide et la Rue en fleurs.

                           En revenant par la route, côté salins, nous découvrons d’autres halophiles* : Bette maritime, Saladelle en baguette, Saladelle fausse férule, Choin noirâtre, Jonc aigu, Plantain à feuilles grasses .

                         Le ciel est devenu noir, le tonnerre gronde, nous rentrons juste avant une pluie diluvienne.

                           *Sansouire : milieu de vases salées temporairement inondé avec une végétation spécifique

                           *Halophiles : du grec halos: sel, plantes adaptées au sel. 

L
Spartium junceum
Blackstonia
Catégories
Non classé

Les Abattuts Avril 2023

   Samedi 8 Avril

                      Nous nous retrouvons au pied des Abattuts Hauts par un bel après-midi ensoleillé. Le chemin que nous empruntons monte progressivement à travers garrigue et pinède avant de redescendre vers le Colombier.

                    Ce sont les Cistes cotonneux aux fleurs éphémères qui nous accueillent au pied des classiques de la garrigue ( Chêne kermes, Filaire, Laurier tin, Pistachier lentisque) ,au sol ce sont les Crépis sancta, les Soucis des champs et les habituelles Euphorbes (E des moissons, E réveil matin, E peplus, E dentée, E characias) ,également des Géraniums à feuilles rondes et des Érodiums à feuilles de mauve.

                   En continuant nous voyons l’Hélianthème poilu et la Fumana à feuilles étroites ( deux cistacées). Il faut être attentif pour voir tout près du sol la Mâche discoïde, la Vaillantie des murailles, Le Réseda raiponce, le Mouron des champs et le Buglosse des champs. Les Asphodèles porte cerises dressent leurs hampes blanches.

                   Les Chardons à petits capitules commencent tout juste à fleurir, nous observons quelques Pardoglosses à feuilles de giroflée et nous avons le plaisir de découvrir des Orobanches bleues du romarin.

                   Après quelques Ophrys de Forestier (anciennement fusca) et Ophrys bécasse c’est un parterre de Tulipes du midi et d’Iris nains qui nous arrête.

Avant de prendre le chemin du retour nous jetons un œil sur le canyon de la combe Lavit et la mer en toile de fond.

Amélanchier
Iris
T